Rechercher

Lyon : l’Afev et le Prix Polar jeunesse de Quais du Polar

Lyon : l’Afev et le Prix Polar jeunesse de Quais du Polar

Pour la treizième édition du festival Quais du Polar, à Lyon, treize Ambassadeurs du livre de l’Afev ont accompagné le travail critique de 151 jeunes de CM1-CM2 issus de treize écoles réparties sur toute la ville. Le 31 mars à 14 heures était remis à l’Hôtel de Ville le troisième prix Jeunesse Quais du Polar – Ville de Lyon, en présence des jeunes jurés, des ambassadeurs, de parents et de la lauréate, Aurélie Neyret, récompensée pour le Tome 4 de ses Carnets de Cerise.

« Initialement, indique Thomas Rigaud, Délégué territorial adjoint de l’Afev Lyon, les enfants impliqués dans le prix jeunesse de Quais du Polar étaient uniquement ceux qui étaient déjà lecteurs, ceux des écoles situées en général dans les quartiers les plus favorisés. La Ville de Lyon a donc décidé l’an dernier déjà de faire porter le projet par les volontaires Ambassadeurs du livre de l’Afev, afin de faire en sorte que tous les enfants qui le souhaitaient puissent y prendre part. » Ce dispositif « Ambassadeur du livre » construit en partenariat par l’Afev et la Ville de Lyon s’est développé depuis l’an dernier à toutes les écoles de la Ville soit « 100 volontaires sur 194 écoles, avec une volonté commune de faire porter la majorité des actions liés au livre par ses volontaires. Avec une action qui permet chaque année à 30 000 enfants d’être touchés, nous sommes dans la co-construction d’une politique publique au côté de la Ville de Lyon. »

Ainsi, chaque vendredi après-midi de la rentrée de janvier aux vacances de février, les volontaires – souvent accompagnés dans leur travail par des animateurs de l’ALAÉ (Accueil de loisirs associé à l’école) – ont permis aux élèves de nombreuses écoles d’affûter leur sens critique à propos des cinq ouvrages retenus dans la sélection par les organisateurs de Quais du Polar. Si le 4ème arrondissement n’a pas cette année été « couvert » – « ce qui définit bien entendu une marge de progression » selon Léa Plinet, chargée de développement local à l’Afev -, une école par arrondissement a participé au projet, voire deux dans les 3ème, 5ème, 7ème, 8ème et 9ème arrondissements. « Ce projet, poursuit-elle, avait pour but de faire découvrir aux enfants, au moyen de six ou sept séances d’environ deux heures, la littérature policière, bien sûr, mais aussi de les pousser à exprimer un avis critique sur l’objet-livre. Les parents, dont une vingtaine était impliqués directement au sein du projet, étaient d’ailleurs aussi invités à la remise du prix à l’Hôtel de Ville. »

Pour le tome 4 de ses Carnets de Cerise, La dessinatrice de BD Isabelle Neyret a ainsi fait l’objet d’un plébiscite, parmi les cinq ouvrages proposés à la découverte (8 écoles sur dix l’ont placée en tête, pour 45% des suffrages exprimés). « L’objet-BD a attiré en premier lieu, bien sûr, précise Thomas Rigaud, et puis il s’agissait du tome 4 d’une série parfois déjà connue et appréciée par les enfants. » Pour autant, des voix se sont aussi élevées, arguments à l’appui, pour défendre au fil des rencontres tel ou tel des autres candidats au prix. Ainsi, Qui veut la peau de Barack et Angela de Guillaume Nail l’a emporté dans une école du troisième et une du cinquième arrondissement, ou Énigme au grand stade de Danielle Thiéry dans les premier et troisième arrondissements. « Avec une moyenne de 3,5 livres sur cinq lus par enfant, indique Léa Plinet, et ce sur une période de quelques semaines seulement, le résultat est loin d’être anecdotique. »

L’objectif, à l’avenir, consistera selon cette dernière à « varier les écoles concernées », afin que le dispositif touche un maximum d’établissements, et ce toujours « dans le but de rapprocher du livre les élèves – y compris ceux des quartiers moins favorisés. » Concernant l’édition de cette année, conclut Thomas Rigaud, « c’est dans cet effort pour améliorer l’accès au livre que réside notre plus grande fierté, dans un partenariat efficace entre les organisateurs du festival, nos équipes et la Ville de Lyon. »

Une vidéo récapitulative a d’ailleurs été réalisée, donnant la parole notamment à des ambassadeurs du livre, des élèves et la lauréate.

François Perrin




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »