Rechercher

JRES (3) – Pratiques numériques de jeunes en insertion

JRES (3) – Pratiques numériques de jeunes en insertion

Le 20 septembre prochain, l’Afev organise la 9ème édition de la Journée du Refus de l’Échec Scolaire (JRES) – en partenariat avec Trajectoires-Reflex et de nombreuses organisations. Cette journée, accompagnant la publication d’une enquête exclusive, sera consacrée à la question du numérique, conçu à la fois comme un levier de lutte contre les inégalités à l’école et un outil « d’empowerment » des individus. Car si le numérique a désormais bel et bien investi nos vies de tous les jours, comme celle des supposés “digital natives”, il n’en demeure pas moins intimidant, et discriminant pour ceux qui n’y ont pas accès ou n’en maîtrisent pas l’usage. Afin d’anticiper les débats et découvertes qui marqueront cette journée, le Lab’Afev tenait à diffuser quatre articles (le premier ici, le deuxième ici, le quatrième ici), permettant de découvrir des intervenants que vous retrouverez le 20 septembre au cours du débat de la Journée du refus de l’échec scolaire. Pour plus d’informations sur la journée : www.refusechecscolaire.org

En mai 2015, l’association Emmaüs Connect publiait, via son programme Connexions Solidaires, une étude sur la génération (dite) Internet et ses pratiques de recherche d’emploi. L’occasion de faire le point, ainsi que le tri entre réalités constatées et fantasmes entretenus à ce sujet.

“Les gens estiment que la maîtrise d’Internet ne nécessite pas de formation [pour nous], car c’est la génération Internet. alors qu’en réalité, il y a plein de choses qu’on ne connaît pas.” L’exergue de l’étude, reprenant les termes d’un jeune de 25 ans, usager de la mission locale de Grenoble, en dit long. Tout comme le chiffre suivant, rappelé en introduction : “En 2013, plus de 1,9 million de jeunes de 15 à 29 ans ne sont ni en emploi, ni en éducation, ni en formation, soit 17% de la tranche d’âge.” Face à cette problématique indéniable, il pouvait paraître indispensable de s’intéresser enfin de près aux usages de cette génération, en faisant fi des poncifs et présupposés pour mener une enquête empirique. Cette dernière a reposé à la fois sur des entretiens semi-directifs (auprès de 23 conseillers et 32 jeunes) et sur 275 questionnaires quantitatifs à choix multiples auto-administrés, adressés aussi bien à des titulaires du Bac ou d’un Bac Pro (26,20%) que du BEP/CAP (24,30%), d’un Brevet des collèges (14,20%), d’un BTS/DUT, d’une licence ou plus, ou encore de “niveaux” Bac/Bac Pro ou inférieur à la 3ème.

Capture d'écran 2016-07-11 13.09.08

Consultez ici l’étude Connexions Solidaires.

Sans vouloir révéler l’intégralité des conclusions de l’étude, librement consultable ci-dessous, il convient ici de constater quelques faits d’importance : par rapport à l’ensemble des jeunes de même âge, les usagers des missions locales sont moins bien équipés en matériel informatique (82,5% d’entre eux disposent d’un ordinateur, 59% d’un smartphone) et sont moins nombreux à consulter Internet de manière quotidienne (73%). Il apparaît que les niveaux de maîtrise de la bureautique comme d’Internet parmi les jeunes interrogés se situent dans un éventail beaucoup plus large qu’on aurait pu le croire, et qu’en outre les compétences qui leur sont propres sont souvent mal adaptées à l’insertion professionnelle à proprement parler. Quant aux réseaux sociaux, soit ils les utilisent souvent hors logique d’insertion (Facebook), soit ils n’en ont pas connaissance (LinkedIn, Viadeo…)

Visuels Ateliers pour les bénéficiaires du RSA à Saint Denis copyright Sébastien Deshedins

Visuels Ateliers pour les bénéficiaires du RSA à Saint Denis

Enfin, et surtout peut-être, l’étude démontre à quel point en dépit d’une maîtrise ou d’un équipement approprié, les jeunes en insertion professionnelle sont soucieux de pouvoir disposer d’un accompagnement humain au fil de leurs démarches. En somme, il s’agirait de cesser d’imaginer qu’à tous les niveaux, les jeunes sont susceptibles d’être autonomes dans leur recherche d’emploi ou de stage, car supposés mieux armés que leurs aînés pour exploiter toutes les richesses du numérique à disposition.

 

Crédits photos : Diya Anwar pour la photo de Une, Sébastien Deshedins pour les photos des ateliers 

Pour retrouver les autres articles liés à la JRES :




Translate »