Rechercher

Jeune Chambre Economique Française : “Refuser l’échec scolaire, c’est agir pour donner aux jeunes des opportunités d’avenir”

Jeune Chambre Economique Française : “Refuser l’échec scolaire, c’est agir pour donner aux jeunes des opportunités d’avenir”

Contribution à la Journée du refus de l’échec scolaire 2019

Pour en savoir plus : refusechecscolaire.org

Refuser l’échec scolaire, c’est agir pour donner aux jeunes des opportunités d’avenir et maximiser leurs chances de réussites dans les domaines où ils peuvent s’épanouir. L’accompagnement des jeunes en fragilité, quelle que soit la forme qu’il prend et la structure qui le porte, est fondamental. C’est avant tout miser sur l’écoute, la compréhension et l’adaptation à l’individu.

Ne nous voilons pas la face. Le parcours de vie de chacun est grandement influencé par ses origines, son environnement familial. Dans un pays comme la France, beaucoup de moyens et dispositifs sont mis en place (système éducatif, parascolaire, sportif, associatif…) pour permettre aux jeunes de s’ouvrir sur des univers différents et inconnus, dans l’objectif de donner à chacun les mêmes possibilités d’accomplissement personnel, scolaire et professionnel.

Toutefois, savoir qu’on peut être accompagné, comment et par qui n’a rien d’inné. Bien souvent une démarche proactive et personnelle en est à la base. Qu’il s’agisse de la volonté d’un jeune d’être soutenu et épaulé, ou de l’action d’un acteur (professeur, animateur, personnel d’une structure d’accompagnement, bénévole…) investi de cette même volonté d’aider les jeunes, l’accompagnement se construit bien souvent autour du lien qui se crée entre deux individus.

Il y a déjà trois ans, un rapport du Forum Economique Mondial indiquait que 65% des enfants qui entraient alors à l’école primaire exerceront un travail qui n’existait pas en 2016.

La multitude de formes que prend aujourd’hui l’accompagnement va encore devoir s’adapter pour préparer au mieux les jeunes à demain, à se construire un avenir positif, riche de l’évolution de la société. Demain, les jeunes ne valoriseront pas uniquement des résultats scolaires ou des diplômes, mais ils devront mettre en avant des savoir-être, des compétences, une ouverture d’esprit et une grande adaptabilité.

Donner de son temps : un excellent moyen pour développer ses compétences

La Jeune Chambre Economique Française, véritable incubateur de Leaders Citoyens, en est convaincue. L’apprentissage et le développement des compétences ne se limitent pas au parcours scolaire obligatoire. En accueillant des jeunes pour se former à la prise de responsabilités, la JCEF illustre parfaitement la question de l’accompagnement comme étant un levier de réussite de sa propre vie.

Depuis 3 ans nous travaillons à l’insertion économique et citoyenne des jeunes. Le bénévolat y est au cœur d’un parcours de développement personnel et d’apprentissages. De part l’autonomie, la confiance accordée, la capacité d’initiative qu’il favorise, l’engagement bénévole contribue à la cohésion sociale et à une meilleure responsabilisation individuelle.

La Jeune Chambre Economique Française a développé plusieurs outils concrets. Le CV citoyen (centré sur les expériences bénévoles) et le module de valorisation des expériences associatives,  accompagnent les jeunes dans la transposition de leurs compétences bénévoles en compétences professionnelles. Déjà plus de 5000 jeunes sensibilisés !

En parallèle, la Charte du Recruteur Citoyen, lancée en novembre 2018 en partenariat avec l’Union Nationale des Missions Locales, valorise pleinement le bénévolat au sein des entreprises, dans leurs politiques de recrutement, de formation et de gestion des talents. Les 80 premières entreprises signataires de la charte en sont convaincues. En développant des compétences en dehors du cadre scolaire et professionnel, l’engagement bénévole accompagne le développement individuel et l’esprit collectif.

D’autres actions JCE ont bénéficié à des milliers de jeunes de tout horizon ces dernières années, telles que Cross Créa, pour accompagner les jeunes sur la création et la reprise d’entreprise, notamment pour des jeunes en voie professionnelle, TrainingJobK’fé, pour que les jeunes soient prêts pour leurs premiers entretiens d’embauche et le Brevet de Sécurité Financière, pour permettre aux jeunes d’apprendre à bien gérer un budget.

Voici quelques exemples de projets d’intérêt général portés par la Jeune Chambre Economique Française,qui prouvent que l’accompagnement personnalisé des jeunes constitue un réel levier de réussite !

 

Stefanie Cochet

Présidente nationale 2019

Jeune Chambre Economique Française




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »