Rechercher

Forum européen des Jeunes engagés (FOREJE), 3ème édition

Forum européen des Jeunes engagés (FOREJE), 3ème édition

A l’aube d’une année électorale, du vendredi 7 au dimanche 9 octobre dernier, la 3ème édition du Foreje se tenait à Paris, aux Grands Voisins (ancien hôpital Saint-Vincent de Paul). Ces trois jours d’échanges et de débats entre 250 engagés européens ont débouché sur une liste fournie de propositions concrètes, en complément d’un forum dédié, mis en ligne dès le mois d’avril et désormais ouvert au grand public.

L’événement, initié depuis 2014 par l’Afev, s’était déroulé la première année à la fin du mois d’août à Poitiers, puis fin août 2015 à Lille, avec la participation active de l’Anacej, Animafac, Graines de France, les Petits Débrouillards et Unis-Cité. Cette année, la décision avait été prise, avec les partenaires Animafac, Coexister, Les Petits Débrouillards, simplon.co, Unis-Cité et voxe.org, d’organiser ce temps fort après la rentrée universitaire et dans la capitale, soit début octobre dans un nouveau lieu dédié à la « Fabrique de biens communs », les Grands Voisins. L’occasion de proposer à nouveau un laboratoire de réflexions entre jeunes, en présence de décideurs comme d’experts, en vue de mettre sur pied une société « inclusive et connectée ».

14567989_10210880089657423_1558511837309464836_n-copiePourquoi avoir tenu d’une part à donner la parole aux jeunes, d’autres part à faire participer des jeunes venus de tout le continent ? Parce que « Le Brexit en a été un exemple : les opinions des jeunes au sujet de l’Europe ne correspondent pas toujours aux volontés des politiques ni à celles des générations précédentes. » Or puisque ce constat est aisément généralisable à l’ensemble des grands sujets de société, il serait en effet temps non seulement de leur offrir un espace d’expression, mais ensuite d’écouter sérieusement ce qu’ils ont à dire – au lieu de se limiter à n’effectuer que l’une de ces deux actions, si ce n’est aucune d’entre elles comme la société civile et les institutions semblent depuis des lustres en avoir pris l’habitude. Poursuivant un triste état de fait qui se caractérise, pour reprendre les termes utilisés dans la vidéo de présentation de l’événement, par deux faits aujourd’hui incontestables : « La prise de parole des jeunes est un angle mort de la démocratie ; la question des jeunesses est trop souvent traitée comme un mal à soigner. » Un double scandale d’autant plus criant qu’au quotidien, « 3,3 millions de bénévoles de 15 à 35 ans s’engagent dans des associations, proposent des solutions, expérimentent des projets et innovent pour animer la vie de la cité et ne laisser personne à la marge. »

Plus de 70 propositions concrètes

Découpées en sept thématiques clés, elles-mêmes divisées en une vingtaine d’ateliers d’échanges, les préoccupations d’avenir des jeunes comme de l’ensemble des citoyens européens ont donné lieu pendant ces trois jours à des discussions et rencontres à la fois vivantes, mobilisées et constructives. Ces dernières ont d’ores et déjà débouché sur une série de propositions concrètes, que les différentes associations partenaires ont pris l’engagement de défendre auprès des pouvoirs publics – un pari forcément bourré de sens quelques mois avant la tenue d’une élection présidentielle. Et comme en matière de réflexion l’inertie n’est jamais de mise, un forum en ligne poursuivra le travail, sur le site forum.foreje.org.

sdr

La thématique Égalité par exemple, sous-titrée « Pour une société plus égalitaire » et parrainée par Stephen Cazade – ancien DG d’Unis-Cité et directeur de la FAGE désormais Président de Syn-lab (lien) -, a donné lieu à quatre ateliers : Education, qui a débouché sur six propositions (parmi lesquelles l’éducation à la diversité, la modification des systèmes d’évaluation, l’invention de modules dédiés à la participation citoyenne pour les plus jeunes) ; Egalité homme/femme (quatre propositions, dont la mise en place de formations sur ces questions dans le milieu professionnel) ; Logement (quatre propositions, dont l’établissement d’un répertoire des logements vacants sur le territoire, la création d’espaces d’échanges pour favoriser la mixité sociale et la modification des conditions d’accessibilité) et Revenu universel (cinq propositions, dont sa mise en place dès seize ans, sans oublier des campagnes de sensibilisation à cette question.) Soit un total de près de vingt pistes concrètes, militant de manière générale pour la mise en œuvre de transformations importantes, portées par l’ensemble des acteurs concernés et systématiquement couplées à un travail pédagogique visant à la sensibilisation des citoyens à ces problématiques.

De la même façon, les échanges sur la Démocratie ont accouché, autour de Thibault Renaudin, secrétaire général de l’Afev, de 13 propositions (3 sur la Participation, 6 sur L’exercice du pouvoir, 4 sur la Citoyenneté européenne) ; sur le Vivre-ensemble, avec Nicolas Cadène (rapporteur général de l’Observatoire de la laïcité), de cinq pistes sur la Laïcité et cinq autre sur les Réfugiés ; sur l’Economie collaborative – réflexions parrainées par Camille Lagault, directrice d’Animafac – de trois propositions Travail et trois autres Consommation responsable ; avec la chercheuse Valérie Becquet, de l’université de Cergy-Pontoise, de cinq mesures liées aux Nouvelles formes d’engagement et quatre autres pour Favoriser l’engagement dès le plus jeune âge. Enfin, le Numérique comme l’Environnement n’ont pas été en reste : Frédéric Bardeau, co-fondateur de simplon.co, a permis aux ateliers liés au premier (S’informer, Citoyenneté et numérique, Casser les fractures) de déboucher sur neuf propositions, tandis qu’Eric Vindimian, du Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, aidait les jeunes engagés à mettre en forme des pistes de travail dans le domaine de l’environnement.

En tout, ce ne sont pas moins de 70 propositions qui sont nées de ce regroupement de jeunes éclairés autant qu’engagés, et que les associations partenaires de l’événement ont maintenant la charge de faire remonter auprès des pouvoirs publics. Le site d’échanges, rendu public ces jours-ci, vise quant à lui à diffuser ces propositions et à continuer d’alimenter le débat à plus grande échelle.

François Perrin

Crédits photo : Thibault Renaudin

Le Lab’Afev,de son côté, a bien évidemment sauté sur l’occasion de cette réunion exceptionnelle de « jeunes de bonne volonté » pour poser des questions à certains d’entre eux, dont les réponses figurent dans les vidéos ci-dessous.

Sophia Hocini, sur l’école de la République (vidéo Lab’Afev / Foreje)

Chloé, 19 ans, sur la Jungle de Calais (vidéo Lab’Afev / Foreje)

Monaim : “être un Français musulman en ce moment” (vidéo Lab’Afev / Foreje)

— Lab’Afev (@LabAfev) 9 octobre 2016

Charlie-Ann, une jeune canadienne heureuse, sur Justin Trudeau (vidéo Lab’Afev / Foreje)

Adam, étudiant gréco-marocain, sur l’égalité des chances (vidéo Lab’Afev / Foreje)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »