Rechercher

Interview de Denis Lambert, Directeur du Crous de Paris et Président de l’association des directeurs de Crous

Interview de Denis Lambert, Directeur du Crous de Paris et Président de l’association des directeurs de Crous

Directeur du Crous de Paris, et Président de l’association des directeurs de Crous, Denis Lambert nous parle ici de la dimension sociale et d’intégration portée par les CROUS comme acteur du logement étudiant. « Créer du lien social, faire vivre la solidarité, contribuer à l’épanouissement des étudiants et ainsi à leur réussite universitaire font partie de nos missions » précise-t-il.

Quels sont les enjeux en matière de logement étudiant auxquels est confronté le Crous de Paris ?

L’enjeu principal est la nécessaire augmentation du nombre de logements pour pouvoir répondre aux besoins des étudiants. Le parc de logements du Crous de Paris s’est considérablement développé ces dernières années. En 2001, Paris ne comptait que 1 900 logements étudiants. En 2017, le parc d’hébergement social du Crous de Paris compte près de 7000 lits répartis dans 71 résidences. Ces réalisations sont le fruit de partenariats fructueux entre l’Etat, le Crous de Paris, la Région Ile-de-France, la Ville de Paris et les bailleurs sociaux.

Un accord-cadre 2015-2020 a été conclu entre la Ville de Paris et le Crous. En matière de logement, il a pour objectif la création de 6 000 logements et la rénovation du parc existant. Notre objectif est double : moderniser l’ensemble de notre parc existant et dépasser le seuil des 10 000 logements à l’horizon 2020.

Paris est un territoire singulier, c’est une ville campus en tant que telle dans laquelle nous avons l’opportunité de proposer des résidences à taille humaine dans le tissu urbain. Mais nous ne pouvons pas pousser les murs de la capitale, et les opportunités foncières sont rares. A l’heure de la Métropole du Grand Paris, pour pouvoir répondre aux besoins des étudiants de Paris, il nous faut dépasser la frontière du périphérique et construire une coopération renforcée avec la première couronne. Adopter une stratégie de développement par sites universitaires est une des propositions que nous défendons avec les 8 ComUE franciliennes et les Crous de Créteil et Versailles dans le projet d’amélioration de la qualité de la vie étudiante et de promotion sociale.

Comment l’offre de logement du Crous de Paris évolue pour répondre aux besoins des étudiants ?

Les étudiants souhaitent, à juste titre, pouvoir s’approprier leurs résidences pour en faire de vrais lieux de vie. C’est une volonté partagée de l’établissement. Le logement universitaire a une spécificité : sa valeur ajoutée réside dans sa dimension sociale et d’intégration. Le Crous n’est donc pas un simple gestionnaire. C’est un acteur à part entière au service du bien-être des étudiants. Créer du lien social, faire vivre la solidarité, contribuer à leur épanouissement et ainsi à leur réussite universitaire font partie de nos missions.

Le Crous de Paris s’engage ainsi pour le développement de la vie collective et sociale dans ses résidences. Avec l’admission de très jeunes étudiants en 1ère année de Licence, nous avons mis en place un dispositif de « tuteurs » : des étudiants référents dans les résidences, chargés d’accueillir, aux côtés des directeurs et directrices de résidences, les nouveaux arrivants et de veiller à la bonne vie en communauté, des sortes de « grands-frères » et « grandes-sœurs ».

Cela passe aussi par l’ouverture et l’animation d’espaces de convivialité dans les résidences. Nous expérimentons les (S)paces avec la Ville de Paris, espaces innovants de vie et d’étude : nous équipons et l’aménageons certains de nos lieux de vie en résidence pour les rendre polyvalents et modulables. L’objectif recherché est d’une part de permettre aux étudiants de s’approprier les espaces pour y travailler, seuls ou en groupe ; d’autre part, d’y proposer des animations et des évènements de convivialité.

D’un point de vue qualitatif toujours, les nouveaux programmes immobiliers du Crous de Paris sont équipés des dernières technologies pour les économies d’énergie (chauffage solaire, récupération de chaleur des eaux grises…) afin de répondre aux nouvelles exigences environnementales. Plus de la moitié des toitures de nos résidences est végétalisée et les résidences programmées jusqu’en 2022 auront toutes des terrasses favorisant la diversité végétale. Les normes de construction de la quasi-totalité de nos résidences correspondent au Plan Climat de la Ville de Paris et de nombreux projets portés par les étudiants ont une dimension environnementale forte. Nous permettons, par exemple, la création de jardins partagés gérés par les étudiants.

Le Crous de Paris accueille des KAPS (Kolocations à Projets Solidaires) dans ses résidences du 13ème et 18ème. C’est, à ce titre, un partenaire incontournable de ce dispositif. Quel regard portez-vous sur les Kolocations à Projets Solidaires ? Quels sont, selon vous, les apports du projet KAPS par rapport à d’autres types d’habitat ?

Depuis plusieurs années, le Crous de Paris propose des colocations, d’une part, avec des logements comportant deux chambres accueillant le plus souvent des fratries ; d’autre part, avec de grands logements accueillant des KAPS, en partenariat avec l’AFEV, la Ville de Paris et des bailleurs sociaux.

Les résidences du Crous de Paris qui accueillent des « kapseurs » sont la résidence Vincent Auriol dans le 13e arrondissement, ainsi que les résidences Philippe de Girard 2 et prochainement Philippe de Girard 3 dans le 18e arrondissement.

La valeur ajoutée du logement universitaire réside dans sa dimension sociale. Une résidence universitaire n’est pas une résidence comme les autres. Les Crous portent l’ambition d’un habitat créateur de lien et inclusif, un lieu de vie qui contribue à l’épanouissement des étudiants et ainsi à leur réussite académique et à leur intégration dans la vie de la cité. En accompagnant les étudiants dans la découverte de leur quartier et dans la participation aux actions locales, les Kap’s favorisent le lien et la rencontre entre les étudiants vivant dans la même résidence. De ce fait, elles contribuent à dynamiser la vie des résidences et à créer du lien social.

C’est une démarche qui s’inscrit dans celle d’une ville campus, celle d’une ville ouverte sur le monde qui favorise les échanges et le vivre-ensemble pour l’enrichissement de tous. Cette vision, nous savons la partager pleinement avec l’AFEV.

 

CLIQUEZ ICI pour vous inscrire au colloque « le logement des jeunes : un enjeu d’innovation sociale et urbaine » du lundi 20 novembre 2017.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »