Rechercher

Concevoir le logement social étudiant autrement à Villejuif avec l’inauguration de nouvelles KAPS !

Concevoir le logement social étudiant autrement à Villejuif avec l’inauguration de nouvelles KAPS !

Depuis quelques semaines, les Kaps de Villejuif accueillent des colocataires engagé.es, dans un bâtiment modulaire neuf et innovant, exemplaire en termes de consommation énergétique et d’empreinte carbone. De manière générale, les Kaps (colocations solidaires) permettent à des étudiants et jeunes actifs de vivre en colocation et de s’engager avec les habitants d’un quartier en menant des actions de solidarité. Celles de Villejuif seront inaugurées prochainement en présence de tous les partenaires : RATP HABITAT, la Ville de Villejuif, CAF, le Département du Val de Marne, et la CGET.

Créés en 2009 par l’Afev, les Kaps sont actuellement implantées dans 33 villes et constituent une offre de plus de 800 places en colocation. Le projet d’une résidence Kaps à Villejuif est né d’une rencontre entre le bailleur social RATP Habitat et l’Afev. L’un souhaitant concevoir le logement social étudiant autrement, l’autre menant depuis 10 ans des actions en faveur de l’engagement des jeunes au service des territoires, en les rendant plus inclusifs et solidaires.

Autour du projet des Kaps de Villejuif, les différents partenaires se sont interrogés sur les besoins réels du territoire, sur la volonté de créer un nouveau modèle de gestion du logement social. A travers la réalisation de ce projet, ils ont souhaité :
– faire le lien entre l’habitat et le quartier,
– repenser le mode d’« habiter » dans ses évolutions sociales, économiques et environnementales,
– concevoir le logement étudiant autrement que la « cellule » espace de vie/salle de bains/ kitchenette,
– questionner le « vivre ensemble » dans un quartier (mutualiser les espaces ; interaction de projets…)

Le modèle participatif autour d’une colocation solidaire a ainsi été plébiscité, et l’Afev y apporte son savoir-faire en ingénierie sociale :

  • Recruter, accompagner, former, suivre des jeunes qui souhaitent s’engager contre les inégalités.
  • Réaliser l’ingénierie de projet nécessaire pour que cet engagement soit utile dans les quartiers populaires.

Les projets solidaires et sociaux des “Kapseurs”
Si Les étudiants kapseurs sont amené.es à effectuer des missions de mentorat – l’accompagnement d’un enfant du quartier 2H par semaine –  ils participeront notamment à entreprendre des projets solidaires et sociaux dans le quartier :

1/ L’accompagnement à la scolarité (CLAS) : dispositif d’aide aux devoirs à des élèves d’élémentaire et de collège (Acquisition d’une méthodologie, discussion et jeux…).
– Gestion de l’aspect global de la scolarité. Cet aspect comprend une certaine dimension parentale, puisque les activités sont mises en place avec les parents et une forte attention est portée à leur implication.
– L’apprentissage de la citoyenneté est le fil rouge de ces rencontres qui conduisent les jeunes vers l’autonomie avec bienveillance et pédagogie.

2/ Soutien à la Parentalité avec le projet « Moi Parent » :
– Répondre au questionnement des parents sur la scolarité et rompre l’isolement de certaines familles
– Donner la parole aux parents face aux attentes des professionnels de l’Ecole ou institutionnels pour ouvrir le dialogue
– Identifier les leviers dont disposent les parents pour être acteur de l’éducation de leurs enfants, en commençant par la maitrise du vocabulaire lié à la scolarité, pour mieux les accompagner vers la réussite éducative

3/Le Projet du Parc du 8 mai : Transformer ce grand parc municipal en espace de vivre ensemble et d’éducation partagée
– Laisser l’initiative aux habitants, pour « bâtir la ville ensemble » en faisant rayonner l’originalité culturelle du Parc
– Favoriser la créativité collective, en impliquant et valorisant l’engagement et les savoir-faire de chacun
– Développer les talents, en apprenant à prendre soin collectivement et dans une démarche éco-responsable de cet espace vert

Les Kaps de Villejuif, un type de construction exemplaire
Le bâtiment, sobre et simple accueille au rez-de-chaussée une salle associative et bénéficie d’un bel ensoleillement afin de répondre aux normes Passivhauss des constructions éco-responsables et autonomes en énergie. Conçu sur-mesure, chacun des modules et son aménagement ont été réalisés en atelier, ce qui a permis un assemblage sur site ultra rapide (voir vidéo).

Claudia CHEIKH Responsable de programme RATP Habitat, nous présente le projet :

” C’est la première fois que nous réalisons ce type de programme et nous souhaitons renouveler cette expérience riche en innovations ! Déjà, le système constructif est innovant. Il a permis, grâce à des modules bois préfabriqués en atelier, de construire rapidement 4 logements qui bénéficient de la certification NF Habitat HQE et du label Passivhauss (Maison Passive) donc avec une consommation de chauffage réduite. Toutes les réalisations récentes de RATP Habitat sont au minimum certifiées NF Habitat car nous recherchons toujours la performance énergétique. En revanche, la certification « Passivhauss » est nouvelle pour nous et nous a conduits à construire le bâtiment de Villejuif différemment, par exemple, avec des triples vitrages et des ventilations en double flux. Le système de colocation et le concept de Kaps sont également nouveaux pour nous et nous ont conduits à gérer la résidence.
Généralement, nous faisons appel à un gestionnaire extérieur qui s’occupe de la location des chambres pour nos résidences étudiantes. La résidence de Villejuif est un cas particulier : elle est conçue comme des logements locatifs familiaux mais avec un contrat de location par chambre. Nous pouvons dire qu’en termes de location, c’est un produit “mixte”. Dans ce contexte particulier de colocation étudiante, nous avons décidé d’aménager les appartements. Nous avons lancé un appel d’offre pour les meubles, les équipements et l’électroménager : nous souhaitions un matériel de qualité, avec une bonne durée de vie, pour travailler sur le long terme.

Même si ce n’était pas prévu dans le budget initial, nous souhaitions nous occuper de la location des « logements », avec un forfait « tout inclus ». Une commission d’attribution a choisi les locataires selon des critères de sélection, comme pour tout logement social, avec un critère supplémentaire néanmoins incontournable : le projet solidaire proposé par les futurs locataires.

Pour cette première occupation, nous avons un contrat avec l’Afev, qui nous a aidé à choisir les locataires, en fonction de leur implication potentielle dans leur projet social solidaire pour la ville. Bien entendu, la répartition au prorata des places disponibles par financeur, à savoir La Région, la Ville et RATP Habitat, a également été respectée. De plus, cette opération en conception/réalisation, conçue par l’atelier d’architecture WRA, Vladimir DORAY et Fabrice LAGARDE, dont la construction est assurée par l’entreprise CMB, est particulièrement bien intégrée dans l’environnement. En effet, l’implantation tient compte des bâtiments alentours, avec une volumétrie simple et élancée, qui entre en dialogue avec la grande barre de l’office HLM de Villejuif, le long de la rue du Docteur Antonmarchi mais également avec la zone pavillonnaire aux alentours. La volumétrie prend en compte les objectifs environnementaux très performants du programme immobilier.

 

Sur la rue Auguste Delaune, la hauteur de la résidence fait face au collège Karl Marx, réalisé par l’architecte André Lurçat, qui est inscrite à l’inventaire des monuments historiques de France. Le bardage de la façade du bâtiment a été modifié à la demande de l’architecte des bâtiments de France : changement du bardage extérieur métallique pour un bardage en bois, ce qui a nécessité de nombreux aller-retours pour au final, un résultat très satisfaisant. Une autre particularité du bâtiment est la salle commune du rez-de-chaussée, qui a été équipée et mise à disposition des locataires pour exercer leur activité associative. De même, une terrasse aménagée est en libre accès pour tous, dans le respect des règles de bon voisinage. Je remercie l’équipe de la Ville de Villejuif, très impliquée dans cette opération, avec qui nous avons travaillé main dans la main, notamment pour toutes les autorisations, les arrêtés de voirie pour les travaux sur l’espace public et avec l’Afev pour le choix des Kapseurs.

Je dois rendre hommage à Sylvie Vandenberghe, notre ancienne directrice générale, qui a quitté l’entreprise l’été dernier, qui est à l’origine de cette opération alliant innovation et logement social. Sylvie a tout de suite soutenu ce projet solidaire avec la commune et les habitants. Claire Goudineau, notre nouvelle directrice générale, continue dans cette voie, avec le même respect pour nos locataires, pour l’architecture, l’environnement, la durabilité de nos constructions et le travail en partenariat avec la ville, tout comme Vincent Souyri, notre directeur de l’immobilier. Nous avons pris des risques avec cette réalisation très expérimentale, notamment en investissant dans des aménagements de qualité (par exemple, les fauteuils et canapés sont en cuir), et si cela fonctionne comme nous l’espérons, nous développerons ce concept et démultiplierons l’expérience.

La réception du bâtiment a maintenant été faite : les Kapseurs y vivent depuis quelques semaines et semblent satisfaits. Nous verrons comment ce programme vivra dans le futur. En meublé, le turn-over se fait au bout d’une durée d’environ un an. Ainsi, nous aurons probablement plus de visibilité à la fin de l’été et pourrons faire le bilan sur la gestion, la conception, etc. Au niveau technique, je vois déjà des choses que je dois améliorer pour les prochaines réalisations.”

Propos recueillis par Caroline Dauphin

Remerciements à Wild Rabbits Architecture, Vladimir DORAY et Fabrice LAGARDE, jeunes talents passionnés au service d’une architecture sociale et contemporaine.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »